A l'aube de ces maux,

Il cherchait ses mots,

Les yeux mi-clos,

Etendu dans un petit enclos...

-

Trop de choix, tue le choix

Se disait-il,

Trop de liberté, tue la liberté,

Pensait-il.

-

D'un mot à l'autre,

Se chercher dans l'autre,

D'un mot à un autre,

Se sentir si peu de chose...

-

Se perdre dans la prose,

Pour le goût des autres,

Comme on se perd entre autre,

Dans le  parfum d'une rose...

 

Humer ce parfum de liberté,

Tourbillon étrange de légèreté,

Qui devient si grand,

Qu'il en est effrayant.

 

Se perdre dans les mots,

Pour résoudre les maux,

Puis palper l'apesanteur,

En caresser la douceur...

 

Enlever ce carcan,

Mépriser les cancans,

Et vivre enfin,

Ses propres lendemains;

 

Au crépuscule de ses Maux,

Il a trouvé ces mots,

Les yeux mi-clos,

Il a trouvé le repos.

 

P.Battistelli